Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘plantes’

Devinette : à quelle plante appartient ce rhizome ? (réponse en fin d’article)

Petit passage d’une visiteuse ; je ne connais rien aux arraignées, mais plus elles sont grosses, moins j’ai envie qu’elles s’approchent de nous !!

Celui-là a été identifié (merci au site oiseaux.net) : c’est un pinson des arbres.
C’est décidé, parmi les résolutions pour cette année, j’apprends à identifier quelques oiseaux 🙂 !

Réponse à la devinette : il s’agit d’un rhizome de sceau de Salomon, dont on peut parfois apercevoir les jolies clochettes blanches dans les bois à la fin du printemps.

Chaque année, la plante produit une tige unique, qui, en disparaissant, laisse une trace sur le rhizome, comme une sceau. Le phénomène est expliqué ici.

Publicités

Read Full Post »

La phytolaque pousse dans tous les coins à Biscarrosse, et j’ai grandi avec ses grandes tiges qui rosissent à l’automne et colorent les landes.

C’est une vivace qui pousse moins par chez nous en Charente, mais qu’on peut quand même trouver dans quelques recoins (ouaaaaaiiiis, j’en ai trouve un immense pied aujourd’hui !!!!!!! 😀 ), et que je compte bien introduire sur notre nouveau terrain.

(p’tite parenthèse en passant : ça y est, on a les plans, ça y est, on a déposé tout à l’heure la demande de permis de construire à la mairie, et ça y est, on a trouvé notre constructeur 🙂 )

Je crois que sa racine est utilisée sous forme de teinture mère (je m’en sers en externe en cas de mastite), et j’ai appris cette année (grande découverte !!) que ses jeunes feuilles étaient comestibles cuites. Description et recettes ici par exemple.  

Bref, en ce moment, elle commence à faire de belles baies bien noires qui ne sont pas à picorer, elles, mais qui peuvent servir en revanche à donner une très jolie couleur violet.

On s’est lancées à fond dans les expériences, ce soir, avec Sélène (et surtout moi, car j’adore expérimenter 😀 ). Ecrabouillage à fond de baies, essais sur des feuilles blanches.

Tentative de teinture sur tissu (mais sans mordant sans rien, juste pour la démonstration) : on croise les doigts, la culotte blanche de Sélène sera rose demain 😀  (trop top !! :p) . Une fleur d’achillée qui trempe aussi dans la casserole pour voir la coloration de la tige au fur et à mesure que l’eau est ‘bue’ par la plante.

J’ai aussi mélangé du jus de baies avec de l’argile blanche ramassée je ne sais plus où ; je l’ai ensuite étalée sur un couvercle en plastique pour faire sécher la pâte, qu’on broiera demain et qu’on espère conserver ainsi pour faire de la peinture d’ici quelques temps (on croise les doigts que la couleur rose demeurera ?…).

En fait, c’est pour la conservation que je me pose des questions. Il me semble qu’un essai avec de l’alcool avait été infructueux et que c’était devenu marron au bout de quelques mois …

Je tente aussi de faire sécher quelques baies, on verra bien.

Read Full Post »

J’ai grandi au milieu de la forêt landaise (celle qui n’était pas encore plantée en lignes 🙂 ), et, en l’arpentant en long en large et en travers, j’ai toujours aimé observer sa flore et en particulier ses jolies bruyères.

Il y en a une parmi elles que j’aime beaucoup ; je l’appelais bruyère blanche car je ne connaissais son véritable nom, mais il s’agit en fait de l’erica arborea.

Il y en avait pied près du ruisseau qui serpentait au milieu de la forêt, et j’aimais lui rendre visite à la fin de l’hiver, lorsque les clochettes blanches apparaissaient en même temps que les fleurs des ajoncs. Mais il a été détruit lorsque ce coin du bois a été coupé (pour y replanter des pins en ligne …).

Cependant on en trouve dans d’autres coins de la forêt, à chaque fois en bordure d’un ruisseau.

(photo du site http://www.floracyberia.net/spermatophyta/angiospermae/dicotyledoneae/ericaceae/erica_arborea.html)

C’est une bruyère magnifique, mais qu’on confond aisément avec la brande (erica scoparia) hors floraison.

Pour la petite minute ‘culture’, j’ai appris en regardant sur le net, que c’est cette bruyère qui sert à confectionner des pipes : 

http://monjura.actifforum.com/de-l-artisanat-jurassien-a-la-petite-industrie-f14/la-fabrication-d-une-pipe-de-saint-claude-39-t35.htm

Elle est en pleine floraison en ce moment ; on a vu ses belles branches fleuries à Biscarrosse lorsqu’on est allés rendre visite aux bouleaux pour voir si la sève commençait à couler.

(il faut d’ailleurs qu’on aille voir où en sont nos bouleaux locaux, si on espère faire notre ‘cure’ cette année)

Sinon, j’adore la douceur de la belle callune (calluna vulgaris).

J’aime ses fleurs finement dentelées et délicates. Mais il faut patienter jusqu’à l’automne pour les voir.

L’été, c’est la cendrée qu’on admire partout dans les bois (erica cinerea) ; ses fleurs sont plus grossières, mais sa couleur magnifique ! 

Je ne sais plus quand fleurit la brande, avec ses fleurs discrètes ; à la fin du printemps, il me semble. Et la bruyère des marais (erica tetralix) non plus. Milieu / fin de l’été, je crois. Il faudra que je vérifie !!

Ici, en Charente, on trouve les mêmes bruyères, sauf la blanche, que je n’ai jamais aperçue. C’est bien dommage, ne serait-ce que pour le plaisir des yeux !

Read Full Post »

Loin de moi l’idée de faire un récapitulatif de ce que j’ai pu trouver par rapport à l’utilisation des plantes lors de l’accouchement et pour les suites de couches. Je n’en ai pas le temps, et de plus, ne suis pas forcément satisfaite de ce que j’ai trouvé là-dessus de manière générale.

Malgré tous mes feuilletages de livres sur les traditions liées à la naissance par chez nous (et même dans celui de Jacque Gelis, ma référence actuelle), je n’ai pas trouvé grand chose sur l’utilisation de plantes LOCALES (je précise), ce qui m’intéressait le plus.

Car oui, clou de girofle, cannelle, caulophyllum, etc sont bien beaux, mais j’aurais aimé trouver plus de choses sur l’utilisation traditionnelle de plantes poussant par chez nous (ou au moins en Europe occidentale).

Toutes ces recherches m’ont au moins permis de découvrir un auteur local, Marc Leproux, qui a reccueilli il y a quelques décennies plein de choses sur les traditions en Saintonge et Angoumois.

Egalement Françoise Loux, dont je compte recevoir certains de ses livres cette semaine (et hop !! cadeaux de Noël !).

Mais malgré cela, ma référence reste Susun Weed, pour l’aspect médicinal.

Parmi les plantes citées dans le « Trèfle de vie », beaucoup poussent par chez nous, ce qui est quand même chouette.

En plus de l’ortie et du framboisier retenus pour le temps de la grossesse, je retiens aussi la consoude, l’agripaume cardiaque, le plantain, le lierre terrestre pour le moment de l’accouchement (et sauge et verveine officinale en tisanes pour les dernières semaines).

 

 

 

Agripaume cardiaque (leonorus cardiaca) : j’en retiens son utilisation : 

1. durant le travail pour la douleur (lorsque le rythme des contractions est devenu régulier) : « La teinture mère d’agripaume cardiaque produit dans l’utérus une sensation de flottement ou de non-existence.
Elle est à déconseiller si les contractions sont irrégulières, mais parfaite pour les premiers moments douloureux d’un travail régulier, lorsque vous en êtes encore à des heures de la naissance proprement dite. Utilisez 5 gouttes dans un verre d’eau. L’effet se fait sentir dans les vingt minutes et diminue progressivement après une à trois heures. Répétez selon les besoins. »
(Le trèfle de Vie, S. Weed, p.112)

2. pour les douleurs des tranchées.

3. Cela aiderait aussi à prévenir les hémorragies.

 

 

Le lierre terrestre (glechoma hederacea). J’en ai ramassé aujourd’hui (mieux vaut tard que jamais !) quelques feuilles en vue de l’utiliser pour :

1. faciliter la délivrance : une tasse d’infusion à boire immédiatement après la naissance.

2. calmer la douleur des tranchées : 1 à 2 tasses par jour d’infusion de feuilles (je crois que je vais à nouveau aller en ramasser, je n’avais pas envisagé cette utilisation !).

 

 

La consoude, pour le périnée.

1. En prévention, je me suis fait rapidement un baume avec de la racine récoltée ces jours-ci, pour masser et préparer le périnée.

2. J’ai un petit stock de feuilles séchées, que je mêlerai à des feuilles de plantain (lancéolé pour ma part, mais le grand est aussi efficace) le jour J pour en faire des compresses à appliquer sur le périnée.

Bien d’autres plantes sont utilisées, et qui poussent en France : millepertuis, herbe à chat, bourse à pasteur, alchemille, etc. Seulement, j’ai pour le moment sélectionné celles qui poussent soit au jardin, soit dans les environs immédiats.

A part l’agripaume dont j’ai acheté de la teinture mère … Je compte bien l’introduire au jardin l’an prochain, celle-là !

Read Full Post »

A l’automne dernier j’ai semé un peu de seigle. Aucune idée de la sorte de seigle que cela pouvait être, j’avais acheté en magasin bio des graines à germer.

A la dernière pleine lune, je l’ai récolté. Non pas pour ses grains (je serais même incapable de savoir si les épis étaient arrivés à mâturité ou non), mais pour la paille et pour en faire des tressages et autres bidouilles plus ou moins artistiques 🙂 .

DSCF6853

J’ai débuté avec une petite Dame seigle.

DSCF6877

Au départ, c’était sensé être quelque chose de ce genre, en fait, mais j’ai un peu modifié : http://familleringeval.canalblog.com/archives/2008/06/30/9763090.html

Voir aussi ça : http://maisonbleue.canalblog.com/archives/2007/09/16/6229639.html#comments

 

Avec Sélène, on a aussi ramassé des ‘cosses’ (? ‘contenant de graines ? je ne connais pas le terme adéquat) de coquelourde et de compagnon blanc (silene latifolia). Celles de compagnon blanc sont plus fragiles et on les casse facilement en les détachant.

L’an dernier, c’était un autre silène qui poussait à foison au jardin, avec de toutes petites fleurs. Je ne connais pas son nom.

Par contre, pas la peine d’essayer avec le silène enflé, trop fragile !

DSCF6874DSCF6876

Dans le collier de gauche, on trouve aussi des contenants de graines de lin.

DSCF6878

Aujourd’hui, en ballade, j’ai ramassé quelques tiges d’avoine sauvage.

J’avais en tête d’essayer de faire quelque chose de ce genre http://storage.canalblog.com/30/30/338032/28857218.jpg (image issue de ce blog, rubrique ‘bricolage’), mais bizarrement, cela n’a pas rendu aussi bien 😀 …!!

 

Heureusement que j’ai encore toute ma petite botte de seigle pour m’entraîner !!!

DSCF6885DSCF6890

Read Full Post »

Six photos , cinq plantes de la famille des apiacées, plus une intrue.

Qui est qui ?

DSCF6675DSCF6676DSCF6679DSCF6662DSCF6664DSCF6663

Read Full Post »

Lors du solstice d’été, on a l’habitude de récolter certaines plantes pour notre ‘armoire à pharmacie’, et de confectionner des croix ou couronnes (de St-Jean).

L’an dernier, dans le jardin, poussaient à foison coquelicots et camomille. Cette année, c’est l’explosion de millepertuis, d’achillée et d’armoise, qui sont justement des plantes associées au solstice d’été et à ses traditions.

DSCF6585DSCF6593DSCF6611

Sur une butte, la grande camomille est pleinement épanouie aussi, ainsi que la lavande dans le carré d’à côté.

DSCF6595DSCF6597DSCF6614DSCF6616DSCF6643

A cette époque de l’année, le chêne de la haie se pare de belles couleurs ; ses nouvelles poussent émergent avec leurs feuilles d’un rouge éclatant.

Le chêne est d’ailleurs associé à ce moment de l’année, comme le houx l’est au solstice d’hiver.

DSCF6604

 

Ce soir, on a mangé dehors, auprès d’un petit feu.

Cela a été l’occasion de brûler les vieux bouquets de l’an dernier d’aromatiques et fleurs diverses (aurone, lavande, tanaisie, armoise commune, achillée, mélisse, etc).

DSCF6642DSCF6644

J’ai tenté la cuisson dans les braises de patates et pommes.

Sauf que je n’ai pas attendu qu’il n’y ait que des braises et ai mis les ‘paquets’ alors qu’il y avaient encore des flammes.
Résultat : les patates étaient un peu carbonisées … hum hum …

Il faut bien faire ses apprentissages 🙂 !

DSCF6652

 

J’essayerai de mettre un message spécialement sur le solstice d’été et les plantes associées.

 

Ah oui, et lors de notre retour de Montchaude, on a ramassé quelques noix vertes pour refaire du vin de noix.

C’est la période pour le préparer ; ensuite, les noix deviennent trop dures…

DSCF6641

Read Full Post »

Older Posts »