Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Grossesse’ Category

Tadaaaaaaaaam !!!!!

Petit mot vite fait.

Sylvain est né chez nous cette nuit à 5h30. 3,300 kg, des petits cheveux noirs et une jolie petite bouille.

Tout va bien 🙂 !!!!!

Publicités

Read Full Post »

Loin de moi l’idée de faire un récapitulatif de ce que j’ai pu trouver par rapport à l’utilisation des plantes lors de l’accouchement et pour les suites de couches. Je n’en ai pas le temps, et de plus, ne suis pas forcément satisfaite de ce que j’ai trouvé là-dessus de manière générale.

Malgré tous mes feuilletages de livres sur les traditions liées à la naissance par chez nous (et même dans celui de Jacque Gelis, ma référence actuelle), je n’ai pas trouvé grand chose sur l’utilisation de plantes LOCALES (je précise), ce qui m’intéressait le plus.

Car oui, clou de girofle, cannelle, caulophyllum, etc sont bien beaux, mais j’aurais aimé trouver plus de choses sur l’utilisation traditionnelle de plantes poussant par chez nous (ou au moins en Europe occidentale).

Toutes ces recherches m’ont au moins permis de découvrir un auteur local, Marc Leproux, qui a reccueilli il y a quelques décennies plein de choses sur les traditions en Saintonge et Angoumois.

Egalement Françoise Loux, dont je compte recevoir certains de ses livres cette semaine (et hop !! cadeaux de Noël !).

Mais malgré cela, ma référence reste Susun Weed, pour l’aspect médicinal.

Parmi les plantes citées dans le « Trèfle de vie », beaucoup poussent par chez nous, ce qui est quand même chouette.

En plus de l’ortie et du framboisier retenus pour le temps de la grossesse, je retiens aussi la consoude, l’agripaume cardiaque, le plantain, le lierre terrestre pour le moment de l’accouchement (et sauge et verveine officinale en tisanes pour les dernières semaines).

 

 

 

Agripaume cardiaque (leonorus cardiaca) : j’en retiens son utilisation : 

1. durant le travail pour la douleur (lorsque le rythme des contractions est devenu régulier) : « La teinture mère d’agripaume cardiaque produit dans l’utérus une sensation de flottement ou de non-existence.
Elle est à déconseiller si les contractions sont irrégulières, mais parfaite pour les premiers moments douloureux d’un travail régulier, lorsque vous en êtes encore à des heures de la naissance proprement dite. Utilisez 5 gouttes dans un verre d’eau. L’effet se fait sentir dans les vingt minutes et diminue progressivement après une à trois heures. Répétez selon les besoins. »
(Le trèfle de Vie, S. Weed, p.112)

2. pour les douleurs des tranchées.

3. Cela aiderait aussi à prévenir les hémorragies.

 

 

Le lierre terrestre (glechoma hederacea). J’en ai ramassé aujourd’hui (mieux vaut tard que jamais !) quelques feuilles en vue de l’utiliser pour :

1. faciliter la délivrance : une tasse d’infusion à boire immédiatement après la naissance.

2. calmer la douleur des tranchées : 1 à 2 tasses par jour d’infusion de feuilles (je crois que je vais à nouveau aller en ramasser, je n’avais pas envisagé cette utilisation !).

 

 

La consoude, pour le périnée.

1. En prévention, je me suis fait rapidement un baume avec de la racine récoltée ces jours-ci, pour masser et préparer le périnée.

2. J’ai un petit stock de feuilles séchées, que je mêlerai à des feuilles de plantain (lancéolé pour ma part, mais le grand est aussi efficace) le jour J pour en faire des compresses à appliquer sur le périnée.

Bien d’autres plantes sont utilisées, et qui poussent en France : millepertuis, herbe à chat, bourse à pasteur, alchemille, etc. Seulement, j’ai pour le moment sélectionné celles qui poussent soit au jardin, soit dans les environs immédiats.

A part l’agripaume dont j’ai acheté de la teinture mère … Je compte bien l’introduire au jardin l’an prochain, celle-là !

Read Full Post »

C’est bon, on est tranquilles maintenant, le cap est passé 😀 !!

Je peux enfin retourner faire les longues ballades avec Sélène –et sauter comme un cabri (mais non papa, je rigole 😉 !).

Tout va bien, pour le p’tit gars et pour moi, sauf quelques douleurs ligamentaires de mon côté. I. nous a laissé la piscine d’accouchement, on la gonflera peut-être la semaine prochaine, comme ça elle sera prête (et j’en connais une qui va en profiter …).

On a vu comment aménager l’espace de la salle-à-manger pour caser ladite piscine et pouvoir aussi circuler (ce qui n’était pas gagné vu la taille de la pièce), le papa a été coatché au cas où les choses se déroulent plus vite que prévues, et moi je vais serrer les fesses 😀  les quelques jours autour de Noël où I. sera en vacances (ça me ferait quand même bien enrager d’accoucher à ce moment-là …).

Du coup, motivés, on a ensuite potassé, avec Flo, nos livres cultes pour réviser nos tisanes / hydrolats / etc et être prêts au moment voulu.

En plus des tisanes habituelles, je vais notamment commencer à prendre en tisane et bain de siège de la consoude ; c’est apparemment bon pour préparer le périnée.

Je vais relire mon truc et je tenterai de faire un message dessus à l’occasion 🙂 .

Sinon j’ai reçu un paquet de langes, qui seront plus rapides à sécher que les couches lavables de Sélène (surtout en hiver) ; je devrais recevoir la semaine prochaine une Mokomidi et d’autres accessoires qu’on va tenter cette fois-ci.

Enfin, à mon avis, l’hygiène naturelle avec le second, ça va être en pointillés. Surtout la nuit. On verra au fur et à mesure !

Read Full Post »

J’ai mis à profit mes soirées désormais disponibles pour me remettre à la lecture. Et je viens de terminer l’ouvrage de Muriel del Valle.

Il retrace le parcours, un peu romancé, de l’auteure ; un sacré parcours !

 

« Quatrième de couverture

Voulez vous savoir à quoi ressemble une Femme qui accomplit sa destinée ? Alors ouvrez ce livre et laissez-vous surprendre, puis prendre…

Vous ne pourrez faire autrement, car de page en page, d’image en image, c’est une Magie qui court, incarnée par ces Femmes donneuses de vie, aux cultures si différentes mais étrangement semblables, toutes reliées par cette mystérieuse profondeur d’où jaillit la vie…

Et puis il y a Marthe, la rebelle, qui a eu le courage de sortir du carcan étroit et des préjugés de sa famille, de rompre le silence et l’enfermement des Femmes qui se taisent depuis des générations, pour surgir au côté de Muriel sa créatrice et lui donner le support de chair de son personnage.

Et nous voilà, emportés au rythme de la quête passionnée de ces deux Femmes qui, au fil des accouchements, de rencontres en partages, de regards surpris en sourires donnés, naissent peu à peu à elles-mêmes, se reconnaissent et retrouvent la source de leur féminité.

Ce livre étonnant est un signe des temps à venir mais qui participe déjà de la “Vie nouvelle”, car il sort de la guerre des sexes, pour nous montrer aussi des Hommes n’hésitant pas à afficher et à vivre leur part de Féminin, en particulier dans l’expérience insolite de “la Couvade”.

Mais au delà du regard singulier d’une artiste, portant en elle la vision de son époque, ce livre a une valeur universelle. Il se situe au-delà du temps, quand le destin d’une femme rejoint celui de toutes les femmes, ces Femmes qui ont fait de Muriel la dépositaire du “Secret”, qui l’ont chargée d’une mission, essentielle dans ces “temps insensés”, celle de porter le message de la vie. »

 (source : http://muriel.bdelv.chez-alice.fr/livre.html )

 

 

A peine le livre refermé, je me suis dit : « Whaouh, faut à tout prix que je lui écrive !! » 😀 . Bon maintenant que je suis plus à tête reposée, l’élan me manque, mais il y a plein de choses sur lesquelles j’aimerais avoir des renseignements, pour pouvoir approfondir.

 

J’ai beaucoup aimé, entre autres, le dernier chapitre où elle raconte son accouchement dans l’eau, mais pour lequel elle a fait un travail préalable autour du dauphin, et son lien avec l’accouchement.

Je vois que je suis incapable d’expliquer, il faudrait sans doutes que je relise ce chapitre, mais il a en tout cas bien trouvé écho en moi, d’autant plus qu’on aura normalement la piscine d’accouchement pour le jour J (si le petit gars est assez patient pour patienter au moins jusqu’au 12 décembre ; on y croit, on y croit 😉 ).

Read Full Post »

Après la pluie de photos, des petites nouvelles de la maisonnée.

Du côté de la demoiselle, plus de siestes à l’horizon, et du coup, des horaires de couchers moins tordus. La phase de transition n’a pas été évidente : soit des journées avec sieste, mais alors trop d’énergie le soir et ça durait et durait et durait, soit des journées sans, mais pas plus de trois jours d’affilée, car elle ne tenait pas le rythme.

Désormais, elle se lève plus tôt le matin, mais se couche entre 19h30 et 21h30. Ca fait bizarre d’avoir à nouveau des soirées à deux (mais j’entends le petit frère qui dit : plus pour longtemps !!!!!) !

Côté jeux et apprentissages, elle a ses phases, et je les suis avec beaucoup de plaisir. Trier l’a d’un coup motivée et c’est devenu son passe-temps fétiche (après jouer à cache-cache et faire des pirouettes sur le lit). Les livres, les histoires à inventer, mais surtout à vivre ; elle aime devenir tel personnage de livre ou dessin-animé, et on vit plein d’aventures extraordinaires 🙂 .

Chiffres et lettres l’attirent moyennement ; à part quelques fois où elle me demande de lire certains mots ou me dit «  »Pomme », c’est ‘P’ ? » (car quand on montre une lettre, on essaye souvent de citer des mots qui commence par celle-ci). Et ces jours-ci, elle adore jouer à la marchande : la table est son comptoir, et elle me vend (ou je lui vends, on alterne les rôles) des jouets qui sont sur l’étagère. On a un petit porte-monnaie avec plein de pièces de 1, 2 ou 5 centimes et de vieilles cartes et on paye en nombre de pièces. « Le maracas, ça fera deux pièces », etc. Et on montre deux doigts sur la main. Ca va, elle est bonne commerçante !!

Durant les jours gris et pluvieux, j’ai testé argile (qu’on était allées ramasser dans les vieilles carrières) ou pâte à sel, mais elle ne reste pas longtemps accrochée dessus. Enfin, si, un peu pour la pâte à sel. Elle a tenté le papier mâché avec son papa, mais préfère regarder l’affaire !

En ce moment, belles journées, donc on passe un peu de temps au jardin. Elle peut à nouveau se goinfrer de feuilles de fenouil (le plaisir suprême) et de rumex (oui, ma fille adore brouter le rumex …), de quelques fleurs de radis sauvage et de vieilles feuilles de chou. C’est à croire qu’on ne la nourrit pas 😀 . Elle m’a aussi dévoré quelques carottes qui traînaient au jardin (je n’en avais pas ressemé cette année, mais ce sont des fânes que j’avais replantées (enfin, le bout de carotte qu’on jette quand on cuisine, du côté des fânes) et qui ont repoussé. Certaines sont monté en graines cet été, d’autres, comme celle-ci, non :

Marrant, hein ?!!

On a replanté le sommet, encore une fois. Je me demande combien de fois on peut réutiliser ainsi une carotte !!!

On traque aussi les mottes de terre des taupes, qui se déchaînent maintenant que la terre est à nouveau humide, les vers de terre, et on patauge à fond dans les flaques d’eau.

J’ai tenté un début de calendrier avec elle, mais elle n’accroche pas (plutôt, elle décroche tout). J’avais songé le faire en tissu, en m’inspirant de ce qu’a fait Elef, avec les jours de la semaine à accrocher avec une pince à linge et tout et tout, mais vraiment, je ne suis pas habile avec tout ça. J’ai donc lâchement laissé tomber l’affaire et suis passée à la version ’bouts de papier cartonnés’ à accrocher sur de petits clous. Elle a moins de charme, mais au moins ça a été rapide à faire 🙂 .

On va rajouter un clou pour le cycle de la lune, mais en ne mettant pour le moment que quatre cartons, pour les quatre phases principales. Vu que pour le moment, de toutes manières, ça ne la botte pas trop.

On s’éclate aussi à faire plein de choses hyper intéressantes 😀 , comme tenter de vider l’unique courge pèlerine qui nous a fait l’honneur de pousser au jardin.
Si j’avais su comme ce serait galère, je l’aurais découpée juste en haut de la partie gonflée, et aurait gardé tout le haut comme couvercle pour en faire une boîte. Mais là, la vider avec juste une petite ouverture, pffffffffiouuuuuuu !!!!!!!!!!!

On avait en tête d’en faire une gourde.

Notre précieuse courge a donc été ramassée lorsque sa tige avait bien séché, et on l’a mise près (puis sur) un radiateur pour qu’elle finisse de sécher. Une fois ouverte, on a tenté de gratter pour enlever la pulpe séchée et les pépins.

Comme c’était vraiment galère, j’ai fini par mettre de l’eau dedans et des cailloux et la secouer dans tous les sens ; puis à regratter tout ça comme je le pouvais avec des baguettes en bois, mais ça sent tellement bizarre, même une fois resséché sur un radiateur, que je crois que jamais on ne mettra de liquide à boire là-dedans !!!! 

Reste à lui trouver une utilisation, sachant que le trou est adapté pour y mettre un bouchon en liège… (si quelqu’un a une idée … !)

Huhuuuu…

Bref, pour ce qu’il en est du petit gars encore au chaud …

Le sera-t-il encore longtemps ? Zat iz ze couechtion’.
Comme Sélène, il a déjà commencé sa descente, motivé qu’il est. Il faut croire que je ne suis capable de ne faire que des bébés d’hiver et qui sont pressés de sortir, hein !

Donc, alors que sans doute pour la première fois de ma vie, j’étais motivée pour le ménage depuis quelques temps, et que je prenais plaisir à garder la maison plus ou moins d’aspect correct, je vais devoir un peu calmer mes ardeurs pour le garder encore un peu au chaud. Car à sept mois de grossesse, c’est quand même bien trop tôt !…

Le col a déjà pas mal travaillé et le bébé est très bas, donc on calme le jeu pour le moment.

Par contre, la bonne nouvelle, c’est qu’on a enfin trouvé les prénoms !
(mais chut ! jusqu’à la naissance 😉 )

Voili voilà pour le quoi de neuf. Les paris sont ouverts pour l’arrivée du héros : avant ou après les fêtes ???

Read Full Post »

… je couve, et je prépare le nid 😉 !

Je parle pas mal grossesse en ce moment, mais il faut dire que c’est d’actualité, hein !

 

J’aurais bien écrit des articles sur le jardin, cette année, sur les nouveaux essais de tomates (l’article est en brouillon depuis trois mois …), mais je manque de temps, donc ce sera pour plus tard.

De toutes manières, le jardin est un peu en piteux état entre l’énorme sècheresse du sol et les premières gelées qui ont fait des dégâts ils y a quelques jours.

En ce moment, en fait, les activités au jardin se résument à la récolte du safran (rappelez-vous, on avait planté dix bulbes l’été dernier !), et à quelques fauchages de coin laissés en friche.

 

Côté Sélène, elle bat des reccords dans ses horaires atypiques de sommeil en ce moment.

Sinon, elle sort pas mal. Et je me suis enfin décidée à aller avec elle au LAEP (lieu d’accueil enfants parents) où elle peut jouer en intérieur avec d’autres enfants et moi discuter avec les mamans. Et on peut participer à certaines sorties bien sympas comme une matinée ‘vendanges’ organisée il y a une dizaine de jours, ou après-demain une autre autour du ramassage de noix, etc.

 

Enfin bref …

 

En pleines réflexions sur la grossesse et l’accouchement, donc, et en pleine planification de choses liées à l’après-naissance.

Je me plonge à fond dans les rites qui touchent la naissance et le nouveau-né. C’est quelque chose qui m’intéresse particulièrement.

Après avoir vu de super références sur les rites d’autres traditions, j’essaye de retravailler sur ceux liés à nos contrées, et qui se pratiquaient il y a encore quelques temps.

C’est vraiment passionnant. Et je me suis fait, du coup, mes petits cadeaux d’anniversaire en avance huhuhu (quoiqu’ils arriveront juste pile poil 🙂 ) : plein de livres ! 

Pour les traditions d’ici : de Jacques Gélis, « L’arbre et le fruit », et « Entrer dans la vie. Naissances et enfances dans la France traditionnelle ».

Pour celles d’ailleurs : « Venir au monde : les rites de l’enfantement sur les cinq continents » de Lise Bartoli, et « La naissance, un voyage » de Muriel Bonnet del Valle.

 

Sur internet, il y a des sites très intéressants, qui regroupent des articles sur des choses assez diverses. Comme le site Persée, découvert grâce à cet article.

Sur google books, aussi, on trouve de vieux ouvrages sur le sujet.

 

J’ai bien rigolé, sinon, sur celui-là : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/Panneaux.pdf . Ce sont les parallèles qui sont faits qui sont assez déroutants 😀 : entre les pratiques d’autres pays et les nôtres ; j’adore les transitions.

 »

Au Maghreb, jeter du sel et du henné aux quatre coins de la pièce éloigne les génies malfaisants. Un encens réputé bénéfique brûle dans un braséro près de la porte. 

A l’hôpital, l’usage de produits désinfectants à l’odeur hygiénique caractéristique, le port de vêtements stériles et de gants protègent de la contamination et des microbes. »

Les associations d’images sont pas mal aussi 😀 : genre en-dessous de la photo d’une amulette d’accouchement, la photo d’une sangle de monitoring, et celle d’un pousse-seringue pour perfusion de syntocinon !!

 

 

Read Full Post »

(et quelques)

 

Ca se poursuit tout doux !

Le rendez-vous du sixième mois est passé ; tout est toujours bon, aussi bien pour moi que pour le petit (qui gigote, qui gigote, et gigote).
Je suis contente de ce suivi en parallèle avec les deux sages-femmes qui nous évite l’aller-retour à Bordeaux tous les mois, même si je pense que les trois prochains rendez-vous se feront là-bas, car il faudra caser quelques séances de préparation à la naissance.

 

Je commence à me documenter sur le co-allaitement, et à me préparer psychologiquement aux premières semaines qui seront sans doutes sportives 😀 . Côté allaitement, après une phase  ‘à sec’, le colostrum est à nouveau là , mais le goût ne rebute apparemment pas la demoiselle !

Je pense que je vais retourner aux réunions de La leche league avant la naissance, ça me remettra dans le bain !

 

Au magasin bio du coin, qui faisait une remise de 30% sur les livres, je me suis laissée tenter par ce livre dont beaucoup de monde a parlé depuis sa sortie : Intimes naissances, Choisir d’accoucher à la maison. D’avoir lu quelques témoignages me replonge trois ans en arrière. Cela me fait aussi penser à des choses que l’on mettra en place cette fois-ci et auxquelles on n’avait pas forcément pensé lors de la venue de Sélène. Des détails, peut-être, mais qui peuvent éviter des situations ‘prises de tête’, surtout quand on habite en campagne. J’en reparlerai à l’occasion.

 

Et puis je me suis remise à la recherche d’ateliers de chant prénatal. J’aimerais bien retravailler certaines choses sur le chant, et ses actions lors du travail et de l’accouchement. J’hésitais entre m’acheter un des livres de Marie-Louise Aucher ou chercher quelqu’un (plus proche de Bordeaux), et j’ai cru trouver une adresse sur Angoulême. On verra bien !

En attendant, ça ne m’empêche pas de chanter avec la chorale (et le petit gars aime bien Mozart et Stravinsky 🙂 ) ni de faire de la harpe. Petit lien d’ailleurs vers quelque chose de moins connu que le chant prénatal : l’harponomie héhé 😀 !

Harponomisons, harponomisons !

Read Full Post »

Older Posts »