Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Botanique’ Category

Devinette : à quelle plante appartient ce rhizome ? (réponse en fin d’article)

Petit passage d’une visiteuse ; je ne connais rien aux arraignées, mais plus elles sont grosses, moins j’ai envie qu’elles s’approchent de nous !!

Celui-là a été identifié (merci au site oiseaux.net) : c’est un pinson des arbres.
C’est décidé, parmi les résolutions pour cette année, j’apprends à identifier quelques oiseaux 🙂 !

Réponse à la devinette : il s’agit d’un rhizome de sceau de Salomon, dont on peut parfois apercevoir les jolies clochettes blanches dans les bois à la fin du printemps.

Chaque année, la plante produit une tige unique, qui, en disparaissant, laisse une trace sur le rhizome, comme une sceau. Le phénomène est expliqué ici.

Publicités

Read Full Post »

La phytolaque pousse dans tous les coins à Biscarrosse, et j’ai grandi avec ses grandes tiges qui rosissent à l’automne et colorent les landes.

C’est une vivace qui pousse moins par chez nous en Charente, mais qu’on peut quand même trouver dans quelques recoins (ouaaaaaiiiis, j’en ai trouve un immense pied aujourd’hui !!!!!!! 😀 ), et que je compte bien introduire sur notre nouveau terrain.

(p’tite parenthèse en passant : ça y est, on a les plans, ça y est, on a déposé tout à l’heure la demande de permis de construire à la mairie, et ça y est, on a trouvé notre constructeur 🙂 )

Je crois que sa racine est utilisée sous forme de teinture mère (je m’en sers en externe en cas de mastite), et j’ai appris cette année (grande découverte !!) que ses jeunes feuilles étaient comestibles cuites. Description et recettes ici par exemple.  

Bref, en ce moment, elle commence à faire de belles baies bien noires qui ne sont pas à picorer, elles, mais qui peuvent servir en revanche à donner une très jolie couleur violet.

On s’est lancées à fond dans les expériences, ce soir, avec Sélène (et surtout moi, car j’adore expérimenter 😀 ). Ecrabouillage à fond de baies, essais sur des feuilles blanches.

Tentative de teinture sur tissu (mais sans mordant sans rien, juste pour la démonstration) : on croise les doigts, la culotte blanche de Sélène sera rose demain 😀  (trop top !! :p) . Une fleur d’achillée qui trempe aussi dans la casserole pour voir la coloration de la tige au fur et à mesure que l’eau est ‘bue’ par la plante.

J’ai aussi mélangé du jus de baies avec de l’argile blanche ramassée je ne sais plus où ; je l’ai ensuite étalée sur un couvercle en plastique pour faire sécher la pâte, qu’on broiera demain et qu’on espère conserver ainsi pour faire de la peinture d’ici quelques temps (on croise les doigts que la couleur rose demeurera ?…).

En fait, c’est pour la conservation que je me pose des questions. Il me semble qu’un essai avec de l’alcool avait été infructueux et que c’était devenu marron au bout de quelques mois …

Je tente aussi de faire sécher quelques baies, on verra bien.

Read Full Post »

On a commencé les récoltes il y a une semaine, mais ces jours-ci, ça donne de plus en plus. Notre bouteille d’1,25 L débordait lorsqu’on est allés récolter la sève tout à l’heure.

Je me demande comment reconnaître les signes qui annoncent le moment ‘plein’ de la montée de sève. Dire que c’est ‘au printemps’, ‘fin mars/début avril’ pour certains, ‘fin février’ pour d’autres est approximatif. J’imagine que ça dépend du temps, et de la région. Y a-t-il des moyens de reconnaître ce moment particulier ?

Ce que je peux dire, c’est que les primevères (primula vulgaris) commencent à peine à s’ouvrir au jardin et que les chatons fleurissent sur les saules. L’an prochain, j’irai voir les bouleaux à ce moment-là je pense.

Mais j’attends aussi de voir si cela donne autant dans les jours qui vont suivre, car il y a apparemment pas mal de fluctuations (liées à la lune ?). Je crois que dans les prochains jours, ce sera le lunistice nord (lune au plus haut, et bientôt descendante) ; c’est peut-être pour ça que ça donne plus ??

Plein de questions ! Chaque année, je choisis un peu au hasard le moment où je vais poser les bouteilles sur les bouleaux …

Je n’ai pas le temps de parler des nombreuses propriétés de la sève de bouleau, il suffit de faire une recherche rapide sur le net ; et je ne mets que très peu de liens, car la plupart sont commerciaux.

Celui-là est intéressant et donnera une bonne idée de la manière de procéder : http://de-tout-un-peu.skynetblogs.be/post/3204249/cure-deau-de-bouleau-de-printemps 

Pour la conservation, comme c’est expliqué partout, ce n’est pas des plus pratiques. D’après ce que l’on trouve sur le net, il n’y aurait que deux moyens d’empêcher la fermentation de la sève (qui contient des sucres) sans en altérer les propriétés : l’ajout d’alcool afin d’en obtenir un titre d’au moins 12°, ou l’ajout de quelques clous de girofle ou de cannelle.

(ou sinon, bien sûr, en faire une boisson fermentée : bière, vin, etc.)

Je n’ai testé que les clous de girofle il y a deux ans, tout en conservant la sève au frigo, et cela a été efficace. Pas tenté l’alcool, mais je trouve l’idée moyennement adaptable, vu qu’on en boit pas mal !

La congèlation altère les propriétés de la sève, mais peut être une solution pour ceux qui souhaitent l’employer en cosmétique ; j’avais lu quelque part l’idée d’en congeler sous forme de glaçons, et de n’en décongeler ainsi qu’une petite partie à la fois, selon les besoins.

Je me demande d’ailleurs comment font ceux qui la commercialisent et la vendent par exemple sous contenant de cinq litres, pour une cure de trois semaines, et expliquent sur leur site que :

« La Sève de Bouleau strictement naturelle et 100% pure est garantie :

  • sans conservateurs
  • sans procédé de pasteurisation
  • sans nano-filtration
  • sans micro filtration
  • sans flash pasteurisation
  • sans alcool »

Comment font-ils ? Sous vide ?
Si c’est le cas, peut-être y-a-til moyen d’en mettre sous vide (je crois qu’il y a des appareils pour) et au frais pour ceux qui souhaitent la conserver plus longtemps ?

Ceci dit, je trouve que cela n’a pas trop de sens de la conserver ; elle est faite pout être bue dans la journée, pour une cure de printemps. Elle est là pour ce qu’il faut, et quand il faut, et si elle se conserve mal, pourquoi vouloir à tout prix la garder plus de quelques jours ?!

Pour terminer, je rajoute simplement un lien sur le bouleau et quelques unes de ses utilisations. Je l’avais déjà lu, mais il rappelle que le bouleau est un arbre pionnier :

 »

Son rôle dans l’équilibre écologique

Les bouleaux sont des espèces pionnières qui occupent rapidement les lieux dévastés par les feux de forêts ou autres cataclysmes naturels. Par ce squattage tout à fait licite, ils empêchent l’érosion du sol par le vent, la pluie et le soleil. En outre, ils fournissent une ombre bienfaisante à d’autres espèces émergentes, qui ne peuvent germer à la lumière. Eux-mêmes n’occupent jamais un endroit donné pendant plus d’une génération puisqu’ils ne tolèrent nullement l’ombre, ni pour germer ni pour croître et s’épanouir. Le vent disperse donc leurs semences aux quatre horizons et la deuxième génération s’établira parfois à plusieurs kilomètres de la première. D’une certaine façon, ce sont d’incorrigibles errants qui ne prennent racine et n’adoptent pays que le temps de perpétuer l’espèce. »

Dans la ‘tradition celtique’, le bouleau est justement cité en premier, sous le nom de beth, ou beith (gaélique). C’est entre autres l’arbre du commencement. Je n’avais jamais fait le parallèle, en fait.

Deuxième lien vers l’article de wikipédia sur la sève de bouleau. On y apprend que le meilleur moment pour la récolter serait après la nouvelle lune de mars. Je n’en ai aucune idée, mais c’est justement le cas en ce moment ! Il faudra vérifier les prochaines années !

Bon, sinon, nous partons dans quelques jours dans les Alpes. Je pense qu’on bouchera le trou avant de partir, car personne dans le coin ne semblerait réellement intéressé (sauf si on leur en amène 🙂 ). Si par hasard un lecteur du coin tombe sur ce billet et est intéressé par une cure de printemps, ne pas hésiter à me contacter, il n’y a qu’à aller chercher la sève tous les jours auprès du bouleau 😉 ! Avis aux amateurs !!

Read Full Post »

J’ai grandi au milieu de la forêt landaise (celle qui n’était pas encore plantée en lignes 🙂 ), et, en l’arpentant en long en large et en travers, j’ai toujours aimé observer sa flore et en particulier ses jolies bruyères.

Il y en a une parmi elles que j’aime beaucoup ; je l’appelais bruyère blanche car je ne connaissais son véritable nom, mais il s’agit en fait de l’erica arborea.

Il y en avait pied près du ruisseau qui serpentait au milieu de la forêt, et j’aimais lui rendre visite à la fin de l’hiver, lorsque les clochettes blanches apparaissaient en même temps que les fleurs des ajoncs. Mais il a été détruit lorsque ce coin du bois a été coupé (pour y replanter des pins en ligne …).

Cependant on en trouve dans d’autres coins de la forêt, à chaque fois en bordure d’un ruisseau.

(photo du site http://www.floracyberia.net/spermatophyta/angiospermae/dicotyledoneae/ericaceae/erica_arborea.html)

C’est une bruyère magnifique, mais qu’on confond aisément avec la brande (erica scoparia) hors floraison.

Pour la petite minute ‘culture’, j’ai appris en regardant sur le net, que c’est cette bruyère qui sert à confectionner des pipes : 

http://monjura.actifforum.com/de-l-artisanat-jurassien-a-la-petite-industrie-f14/la-fabrication-d-une-pipe-de-saint-claude-39-t35.htm

Elle est en pleine floraison en ce moment ; on a vu ses belles branches fleuries à Biscarrosse lorsqu’on est allés rendre visite aux bouleaux pour voir si la sève commençait à couler.

(il faut d’ailleurs qu’on aille voir où en sont nos bouleaux locaux, si on espère faire notre ‘cure’ cette année)

Sinon, j’adore la douceur de la belle callune (calluna vulgaris).

J’aime ses fleurs finement dentelées et délicates. Mais il faut patienter jusqu’à l’automne pour les voir.

L’été, c’est la cendrée qu’on admire partout dans les bois (erica cinerea) ; ses fleurs sont plus grossières, mais sa couleur magnifique ! 

Je ne sais plus quand fleurit la brande, avec ses fleurs discrètes ; à la fin du printemps, il me semble. Et la bruyère des marais (erica tetralix) non plus. Milieu / fin de l’été, je crois. Il faudra que je vérifie !!

Ici, en Charente, on trouve les mêmes bruyères, sauf la blanche, que je n’ai jamais aperçue. C’est bien dommage, ne serait-ce que pour le plaisir des yeux !

Read Full Post »

Après la pluie de photos, des petites nouvelles de la maisonnée.

Du côté de la demoiselle, plus de siestes à l’horizon, et du coup, des horaires de couchers moins tordus. La phase de transition n’a pas été évidente : soit des journées avec sieste, mais alors trop d’énergie le soir et ça durait et durait et durait, soit des journées sans, mais pas plus de trois jours d’affilée, car elle ne tenait pas le rythme.

Désormais, elle se lève plus tôt le matin, mais se couche entre 19h30 et 21h30. Ca fait bizarre d’avoir à nouveau des soirées à deux (mais j’entends le petit frère qui dit : plus pour longtemps !!!!!) !

Côté jeux et apprentissages, elle a ses phases, et je les suis avec beaucoup de plaisir. Trier l’a d’un coup motivée et c’est devenu son passe-temps fétiche (après jouer à cache-cache et faire des pirouettes sur le lit). Les livres, les histoires à inventer, mais surtout à vivre ; elle aime devenir tel personnage de livre ou dessin-animé, et on vit plein d’aventures extraordinaires 🙂 .

Chiffres et lettres l’attirent moyennement ; à part quelques fois où elle me demande de lire certains mots ou me dit «  »Pomme », c’est ‘P’ ? » (car quand on montre une lettre, on essaye souvent de citer des mots qui commence par celle-ci). Et ces jours-ci, elle adore jouer à la marchande : la table est son comptoir, et elle me vend (ou je lui vends, on alterne les rôles) des jouets qui sont sur l’étagère. On a un petit porte-monnaie avec plein de pièces de 1, 2 ou 5 centimes et de vieilles cartes et on paye en nombre de pièces. « Le maracas, ça fera deux pièces », etc. Et on montre deux doigts sur la main. Ca va, elle est bonne commerçante !!

Durant les jours gris et pluvieux, j’ai testé argile (qu’on était allées ramasser dans les vieilles carrières) ou pâte à sel, mais elle ne reste pas longtemps accrochée dessus. Enfin, si, un peu pour la pâte à sel. Elle a tenté le papier mâché avec son papa, mais préfère regarder l’affaire !

En ce moment, belles journées, donc on passe un peu de temps au jardin. Elle peut à nouveau se goinfrer de feuilles de fenouil (le plaisir suprême) et de rumex (oui, ma fille adore brouter le rumex …), de quelques fleurs de radis sauvage et de vieilles feuilles de chou. C’est à croire qu’on ne la nourrit pas 😀 . Elle m’a aussi dévoré quelques carottes qui traînaient au jardin (je n’en avais pas ressemé cette année, mais ce sont des fânes que j’avais replantées (enfin, le bout de carotte qu’on jette quand on cuisine, du côté des fânes) et qui ont repoussé. Certaines sont monté en graines cet été, d’autres, comme celle-ci, non :

Marrant, hein ?!!

On a replanté le sommet, encore une fois. Je me demande combien de fois on peut réutiliser ainsi une carotte !!!

On traque aussi les mottes de terre des taupes, qui se déchaînent maintenant que la terre est à nouveau humide, les vers de terre, et on patauge à fond dans les flaques d’eau.

J’ai tenté un début de calendrier avec elle, mais elle n’accroche pas (plutôt, elle décroche tout). J’avais songé le faire en tissu, en m’inspirant de ce qu’a fait Elef, avec les jours de la semaine à accrocher avec une pince à linge et tout et tout, mais vraiment, je ne suis pas habile avec tout ça. J’ai donc lâchement laissé tomber l’affaire et suis passée à la version ’bouts de papier cartonnés’ à accrocher sur de petits clous. Elle a moins de charme, mais au moins ça a été rapide à faire 🙂 .

On va rajouter un clou pour le cycle de la lune, mais en ne mettant pour le moment que quatre cartons, pour les quatre phases principales. Vu que pour le moment, de toutes manières, ça ne la botte pas trop.

On s’éclate aussi à faire plein de choses hyper intéressantes 😀 , comme tenter de vider l’unique courge pèlerine qui nous a fait l’honneur de pousser au jardin.
Si j’avais su comme ce serait galère, je l’aurais découpée juste en haut de la partie gonflée, et aurait gardé tout le haut comme couvercle pour en faire une boîte. Mais là, la vider avec juste une petite ouverture, pffffffffiouuuuuuu !!!!!!!!!!!

On avait en tête d’en faire une gourde.

Notre précieuse courge a donc été ramassée lorsque sa tige avait bien séché, et on l’a mise près (puis sur) un radiateur pour qu’elle finisse de sécher. Une fois ouverte, on a tenté de gratter pour enlever la pulpe séchée et les pépins.

Comme c’était vraiment galère, j’ai fini par mettre de l’eau dedans et des cailloux et la secouer dans tous les sens ; puis à regratter tout ça comme je le pouvais avec des baguettes en bois, mais ça sent tellement bizarre, même une fois resséché sur un radiateur, que je crois que jamais on ne mettra de liquide à boire là-dedans !!!! 

Reste à lui trouver une utilisation, sachant que le trou est adapté pour y mettre un bouchon en liège… (si quelqu’un a une idée … !)

Huhuuuu…

Bref, pour ce qu’il en est du petit gars encore au chaud …

Le sera-t-il encore longtemps ? Zat iz ze couechtion’.
Comme Sélène, il a déjà commencé sa descente, motivé qu’il est. Il faut croire que je ne suis capable de ne faire que des bébés d’hiver et qui sont pressés de sortir, hein !

Donc, alors que sans doute pour la première fois de ma vie, j’étais motivée pour le ménage depuis quelques temps, et que je prenais plaisir à garder la maison plus ou moins d’aspect correct, je vais devoir un peu calmer mes ardeurs pour le garder encore un peu au chaud. Car à sept mois de grossesse, c’est quand même bien trop tôt !…

Le col a déjà pas mal travaillé et le bébé est très bas, donc on calme le jeu pour le moment.

Par contre, la bonne nouvelle, c’est qu’on a enfin trouvé les prénoms !
(mais chut ! jusqu’à la naissance 😉 )

Voili voilà pour le quoi de neuf. Les paris sont ouverts pour l’arrivée du héros : avant ou après les fêtes ???

Read Full Post »

Pfffff pffff, ça date, ça date !

Sélène ne dort plus en journée, et je ne trouve plus trop le temps de poster des messages… !

On va souvent se ballader à Jonzac avec la demoiselle ; la ville est jolie, sympa, il y a une jolie plaine de jeux au bord de la Seugne, et on peut se ballader au fil de l’eau.

 

En août dernier, nous avons découvert le petit coin nommé ‘Mail de Seugne’, avec un petit étang de pêche réservé aux moins de 16 ans. Le lieu est très agréable pour des promenades.

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Seugne

http://www.en-charente-maritime.com/vacances-charente-maritime/a-visiter/ville-de-jonzac/arboretum-du-mail-de-seugne/171602-17

DSCF7239

Les sorties sont toujours l’occasion d’observer avec Sélène faune et flore ; il faut dire qu’elle est une vraie mordue des plantes, des fleurs, surtout, et qu’elle est très très curieuse.

Je n’insiste pas pour lui apprendre les noms, mais il suffit que je lui dise une fois le nom d’une plante pour qu’elle le retienne et la reconnaisse. Les enfants sont impressionnants !!

 

Ici, un peu de consoude qui pousse au bord de l’eau, …

DSCF7233

…, là salicaire et derrière lycope d’Europe.

DSCF7236DSCF7237DSCF7241DSCF7243DSCF7245

Plein de menthe aquatique en fleurs :

DSCF7250DSCF7252

On trouvait de belles grappes de baies de sureau (j’avais bien pesté de ne pas avoir pris de sac en papier avec moi ; mais on s’est bien rattrappés, et depuis, on a fait de bonnes confitures 🙂 !).

DSCF7253

Petit détour vers une fontaine, …

DSCF7259DSCF7260

… devant le monument en hommage à deux résistants, Pierre Ruibet et Claude Gâtineau.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Ruibet

DSCF7266DSCF7270

J’ai voulu récupérer mon vieux message sur Jonzac, de l’ancien blog, et ai tenté le mois dernier de remettre en lignes quelques articles et photos ; seulement, ce n’est qu’après en avoir publié une vingtaine que j’ai réalisé que j’avais mal configuré l’affichage des photos : elles sont à moitié coupées …!

Rhaaaa !!!

Un jour de grand courage,  je tenterai peut-être de refaire le truc, mais pas pour le moment ! En attendant, je remets le lien, pour ceux qui veulent des photos de la jolie petite rue de Champagnac :

http://seleneancienneversion.blogspot.com/2009/03/ballade-jonzac.html

 

 

Et pour terminer, et pour ceux qui voudront se prêter au jeu, une petite devinette : parmi les plantes aperçues sur les photos au bord de l’étang, il y en a une que Sélène nomme ‘Caca mou’ au lieu de son nom réel (le romantisme absolu 😀 !). Cela évoque en fait une de ses utilisations en phytothérapie. Saurez-vous deviner de quelle plante il s’agit ???!! huhuhu 😀

Read Full Post »

Six photos , cinq plantes de la famille des apiacées, plus une intrue.

Qui est qui ?

DSCF6675DSCF6676DSCF6679DSCF6662DSCF6664DSCF6663

Read Full Post »

Older Posts »